danse de salon

Les danses de salon

Les danses de salon se pratiquent en couple, aussi bien en loisirs qu’en compétition.
Disposant chacune de leurs spécificités, elles sont regroupées en danses standards et danses latines et leurs origines sont variées. Dans cet article, nous vous proposons de découvrir leurs caractéristiques principales et leurs origines.

Les danses standards

Les danses standards se dansent en avançant le talon pour chaque pas. En compétition, il est interdit d’ajouter des figures personnelles en dehors des figures catégorisées. Ces danses se pratiquent en couple en position fermée, avec un contact proche et un guidage par le corps.

La valse viennoise

Introduite en France dès 1790, la valse viennoise repose sur un rythme à trois temps et des pas glissés qui donnent une impression de légèreté et d’élégance.
Les danseurs doivent effectuer un tour complet sur six temps et avancer en lignes droites. Les déplacements se font en alternant des tours naturels et des tours inverses. Les figures sont peu nombreuses, mais les déplacements amples, avec des inclinaisons et élévations. Des chaussures à talons fins sont préférables pour faciliter ces mouvements circulaires.

La valse anglaise

La valse anglaise, également appelée valse lente, est née à la Cour d’Angleterre, à l’initiative de la reine Victoria. En effet, la souveraine, séduite par les valses viennoises, ne pouvait malheureusement pas les danser, car elle était boiteuse. Elle devait donc adapter le tempo à ses capacités de déplacement. La cour vit ainsi naître une valse deux fois plus lente, mais toujours ternaire et reposant sur des déplacements d’envergure.
On trouve dans la valse anglaise un nombre de figures plus important que dans la valse viennoise. Là encore, l’élégance et la grâce transparaissent dans les chorégraphies.

Le tango

On connaît l’origine espagnole puis surtout argentine du tango. Il revient en Europe au début du XXe siècle. Il reste alors marqué par le fort caractère argentin, mais subit quelques modifications pour être standardisé.
Les mélodies du tango et le son typique du bandonéon respirent la sensibilité, la douleur parfois, et surtout la séduction. Tous ces sentiments transparaissent dans cette danse tourmentée et passionnée. Elle alterne des temps de pauses et d’accélérations, tout comme de nombreuses figures auxquelles peuvent s’ajouter de multiples variations.

Le slow-fox et le quickstep

Ces deux danses sont nées de la division du foxtrot en une version lente et l’autre rapide dans les années 20.
Le slow-fox est une danse fluide, très lente. Elle se rapproche des sensations de la valse anglaise, mais sur un rythme à quatre temps.
Le quickstep, quant à lui, a été influencé par le charleston. Il est très rapide, constitué de petits pas sautés qui forment ensemble de très grands déplacements. C’est une danse sautillante, pétillante, avec des figures riches.

Les danses latines

Les danses latines laissent les danseurs ajouter leurs propres figures, contrairement aux danses standards. À l’inverse de ces dernières, elles se dansent en avançant la pointe du pied et non le talon et la position du couple est ouverte.
Les danseuses optent plus généralement pour des chaussures à bout ouvert ou des sandales, avec un talon légèrement plus évasé que pour les danses standards.

Le paso doble

Le Paso doble descend de la tradition espagnole. Apparu dans le contexte des corridas, on retrouve dans ses mouvements le toréador que joue l’homme et la muleta représentée par la femme. C’est une danse au rythme marqué et aux multiples figures . On y retrouve des positions altières et on y distingue des influences du flamenco.

La samba

La samba, danse ensoleillée par excellence, a des origines africaines, mais elle est pourtant devenue le symbole de l’Amérique du Sud et particulièrement du Brésil. Les percussions y sont très présentes et mènent une danse joyeuse faite de rebonds et de déhanchés. C’est un véritable symbole de fête.

Le cha-cha-cha

Souvent appelé cha-cha, il est né d’un mélange entre le danzon cubain et le mambo. Il se rapproche de la rumba, mais avec un rythme plus rapide, caractérisé par les trois battements rapprochés dont il tient son nom. Les pas sont marqués sur ces trois temps, qui constituent le cœur de cette danse.

La rumba

La rumba, elle aussi d’origine cubaine, est plus lente que le cha-cha-cha. Elle se distingue par des mouvements des hanches qui la rendent sensuelle. On retrouve dans ses figures l’image de la femme qui cherche à dominer l’homme par ses charmes. La danse retranscrit alors l’attraction et les rejets entre les partenaires.

Le jive

Le jive est un cousin du boogie, du swing et du lindy-hop. C’est une danse dynamique et rapide, reposant sur le travail des hanches et des jeux de jambes très techniques.

error: Content is protected !!